Remède à la mélancolie

Les jours où le noir gagne du terrain, où la peur des matins bruns fait frissonner , je  compose un petit bouquet comme remède à la mélancolie.

Bien-sûr, un ou deux jours après, tout est à recommencer, le bouquet déjà s’étiole,  hélas  le gris s’immisce et se mêle de tout.

Mais à y regarder de plus près, il y a dans cette fanaison une beauté particulière qui tient plus de la fragilité que de la couleur. Il y a dans cette contemplation toute simple une façon totale de dire oui à la vie, oui à ce qui passe, oui au fait de passer soi-même aussi.18268080_10213081803864034_2369675231152707587_n