七夕, tanzaku et cyanotype

Mon vieux bol à cyano

Hier, histoire de faire mes gammes pour le projet AIMPE (https://lapoudredestampette.wordpress.com/2019/06/28/ipe-et-aimpe-miniprints-et-max-de-boulot/) j’ai rassemblé des chutes de beau papier (Hahnemuhle 350g) dans l’idée de fabriquer des petites bandes cyanotypées et des cartes de visite.

Tanabata (七夕 « La septième nuit [du septième mois») est la fête japonaise des étoiles. Ce sera le dimanche 7 juillet et ce jour-là, les japonais écrivent leurs souhaits, parfois sous forme de poèmes, sur un tanzaku et les accrochent sur les feuilles.

Ca tombe bien, il y a justement un figuier sur mon prochain lieu d’expo: https://lapoudredestampette.wordpress.com/2019/06/30/lart-cache-a-albas/ et je vais pouvoir honorer la tradition en y accrochant mes tanzaku…

Quel bonheur de retrouver mon vieux bol dans lequel j’ai dosé le mélange et de badigeonner ces bouts de papier. La chaleur était telle que je n’ai pas eu à attendre plus de 2 heures pour les exposer au soleil.

cartes

Aujourd’hui je continue les bandelettes, mes poèmes sans parole, mon ode au bleu et aux étoiles.

Cyanotype, #LaffaireDuSiecle et premiers virages

Fin décembre, je n’aurais jamais cru écrire encore un article sur cette pratique qui nécessite soit d’être équipé d’une insoleuse, soit de jouir d’un ensoleillement exceptionnel pour la saison…ce qui est le cas cet hiver!

Donc, une fois signée la pétition contre l’inaction de notre gouvernement (cf ici: https://laffairedusiecle.net/?fbclid=IwAR0sxjQD_SXr-sYxoCusJ3nYpSTXh63l51D7O7T_y68kG-eizqAJJsAjKLM) 

j’ai fait contre mauvaise fortune, beau temps et j’ai repris mes expérimentations. En faisant un rinçage partiel au vinaigre blanc, j’ai réussi à obtenir mes premières traces sépias, qui, mêlées aux nuances de bleu donnent un résultat qui ne me déplaît pas.

Demain, comme le temps est au beau fixe, je ferai des essais avec du tanin.

Gravure & photographie

Je poursuis l’exploration des liens que tissent gravure et photographie. Après une période consacrée au cyano, je me tourne vers la photogravure. Aucun atelier à Toulouse ne proposant de formation, ce sera l’occasion de passer 3 jours à Bayonne dans l’atelier Labo Estampe

Mais en attendant j’ai regardé sur le net et voyez plutôt la petite pépite que j’ai trouvée… Je remercie chaleureusement Silvi Gattauer si elle voit ce billet depuis sa lointaine Australie. Sa vidéo , filmée dans l’atelier Baldessin Press, montre étape par étape et avec beaucoup de clarté l’utilisation de la photo, de l’informatique et de l’eau-forte. Voilà qui me donne furieusement envie d’essayer la photogravure, pas vous?

Bon, l’Australie, ça fait un peu loin, alors désolée Silvi, je pense que pour moi ce sera Bayonne!En attendant, comme il n’y a ni stage ni vide-grenier en vue, je continue aussi à chercher des plaques au gélatino bromure d’argent, comme celles que j’ai utilisées dans certains de mes cyanos. 39947198_10217342802986349_6778421621108506624_n

Je viens d’en trouver un joli petit lot…à suivre, donc.

Cyanotypes animés

36268027_10216873151685360_282292987591917568_n

Demain novembre, la saison des   cyanotypes touche à sa fin. Pourtant, l’envie de continuer est grande alors, comment fabriquer une insoleuse maison et bon marché… telle est la question du moment! Sinon, pour tromper l’ennui et la neige,et en attendant d’avoir une insoleuse quatre saisons, j’ai mis mes dernières recherches dans une video ici

Amis du bleu, à bientôt!

Merci Magrie!

Une semaine après, voici un retour en images sur ce beau festival  pour lequel j’ai cette année obtenu le Prix de la Ville. Mais Magrie, c’est où? me direz-vous…!!!

C’est un charmant petit village dans l’Aude au-dessus de Limoux. Terre âpre, vigneronne où il faut prendre le temps de faire connaissance avec les gens et espérer qu’ils vous ouvrent leur coeur…et leur maison. Pour tout cela : MERCI!

Je voudrais tout particulièrement remercier la belle personne qui m’a accueillie chez elle tout le week-end. Plus qu’avec un prix, je suis repartie avec quelque chose qui n’en a pas : l’aube d’une belle amitié. La  personne en question se reconnaîtra et je lui fais ici une bise 🙂

Mais trêve de sentiments, place aux images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernières impressions…

Hier je devais faire mes derniers essais de cyanotype avant de fermer mon atelier à la montagne. Mais ce matin, le ciel était si bleu après cette nuit de presque-pleine-lune que je n’ai pas pu me résoudre à tout ranger. Avec cette énergie que donne l’urgence, j’ai déployé mes trésors de papier déjà badigeonnés de solution, et hop, quelques négatifs du Québec, quelques végétaux d’Ariège, et en avant la chimie!

J’ai laissé faire le soleil, si franc, si généreux pour une deuxième moitié d’août. D’habitude le 15 août ici ressemble à la ligne de partage des eaux entre l’été et l’automne. Brusquement, le temps se gâte, les orages se multiplient, et très vite on refait des feux dans la cheminée.  Heures de grâce, l’été joue les prolongations, on fermera les valises et les malles plus tard… et ainsi sont sorties les dernières impressions.

39905896_10217348351085048_5498647475730251776_n
Quelques graminées sur le Lac Chat, Québec.

39911028_10217348351125049_1867277142635577344_n
Lac Chat, je me souviens des reflets …

Cyanotype, suite…

Encore un mois d’été et de belle lumière pour expérimenter la technique du cyanotype. Ca tombe bien, dans le tout dernier vide-grenier où je suis allée dans l’Aude, je suis tombée par « hasard » sur de vieilles plaques photographiques du début du siècle dernier. Il ne m’en fallait pas plus pour relancer mes expérimentations. Quelle émotion de faire resurgir du passé ces corps et visages d’enfants, petites filles endimanchées, intimidées devant cette invention encore naissante à l’époque.

39947198_10217342802986349_6778421621108506624_n

Les impressions sont un peu fantomatiques, on ne distingue pas bien les traits des visages, ni les motifs des robes… J’ai un faible pour le petit personnage en costume marin et coupe de cheveux au carré: garçon ou fille? Peu importe, le voilà très présent, propulsé à la vitesse de la lumière de son décor début XXème à mon image de profil sur Facebook. Le petit bonhomme ne m’en voudra pas de ce voyage clandestin, de ce bond technologique entre les premières photos et celles, numériques, surabondantes des réseaux sociaux. J’ai pour viatique la technique du cyanotype qui fait si bien le lien entre les époques. La magie du bleu, sans doute.

Et puis il y a ces deux grandes feuilles de papier Fabriano que j’avais badigeonnées de solution le mois dernier. Bien sèches, à l’abri de la lumière d’août, elles attendaient sagement leur heure. Alors ce matin, un jour avant de fermer l’atelier des cimes, alors que l’été et le soleil redoublaient d’éclat, elles ont fait enfin leur sortie, avec une débauche de fleurs séchées, de branches, de graines… bref le grand jeu en prévision des expositions d’automne.

39933097_10217342805386409_4508617742605090816_n
Vue d’ensemble

39887037_10217342805746418_322551240770715648_n
détail

39928648_10217342806146428_6985563809280688128_n
détail

 

39927893_10217342805106402_7169916230965395456_n
détail

 

 

X-Y comme eXperimental cYanotYpe

C’est encore avec le procédé du cyanotype et  sa belle étYmologie grecque  que j’ai choisi d’illustrer doublement la lettre Y de notre alphabet.

Des premiers essais infructueux -erreurs de dosage, d’eXposition, manque de soleil-m’ont conduite à recYcler les cyanotypes. J’ai commencé à les utiliser comme papier d’impression pour mes eaux-fortes. Le mariage du blanc du papier , du bleu variable et de l’encre noire ou du gris de PaYne m’a ouvert de nouveaux horizons.

Je vous donne à voir ici ces premiers essais de technique mixte qui seront suivis de nombreux autres, maintenant que me voilà enfin revenue dans les PYrénées, dans mon atelier des cimes plus près  du bleu profond, sans nuage, qu’on ne trouve qu’en montagne.