Jour 12 : le livre le plus dépaysant

#monaventlittéraire2020 : on est à mi-chemin!

J’ai eu un peu de mal à sélectionner le livre pour le défi d’hier car j’ai choisi beaucoup des livres cette année justement pour leur pouvoir de dépaysement comme en témoigne ma rubrique Ma petite bibliothèque boréale, 1ère partie.

La pandémie nous a privé de la possibilité de changer physiquement de pays, le dépaysement est devenu « déplacement » autorisé avec « dérogation ». Raison de plus pour voyager par les livres !

Aujourd’hui je vous présente brièvement « Charlotte Perriand, une architecte française au Japon ». Ce roman graphique nous fait voyager dans le temps et l’espace. Il nous raconte les deux années que Charlotte P. a passé à l’autre bout du monde entre 1940 et 1942. A cette époque, il fallait 2 mois et 6 jours pour gagner le Japon à bord du Hakusan Maru !

Pendant la longue traversée, entre Lisbonne, Gibraltar, Le Cap et Kobé, Charlotte P. s’ imprègne déjà en lisant « Le Livre du Thé » d’Okakaura Kakuzo…

Les dessins et aquarelles de Charles Berberian nous transportent dans un Japon encore intact, peu ouvert sur l’occident et empreint de traditions ancestrales. Les planches alternent dialogues, paysages des montagnes et jardins japonais, avec des esquisses des meubles imaginés par Perriand au contact des artisans locaux. C’est ainsi par exemple que lui viendra l’idée d’utiliser le bambou pour marier les usages européens avec les techniques japonaises.

Après une longue ellipse, le lecteur est transporté à Paris en 1993 où Charlotte P. exposera sa maison de thé dans les jardins de l’Unesco. Celle-ci est entourée de bambous qui forment comme un nid autour d’elle et les dessins reproduisent à merveille l’ambiance de la cérémonie du thé qui s’y déroule.

Charlotte Perriand est décédée à Paris en 1999. L’album se prolonge avec un carnet qui comprend l’ entretien de l’auteur avec Pernette Perriand, la fille de Charlotte. J’aime beaucoup la dernière planche qui respire la sérénité et nous transporte une ultime fois au Japon…

Publié par

lapoudredestampette

La gravure représente la dernière étape en date de mon parcours artistique, après un long détour par la peinture à l’huile, l’acrylique et le collage. Depuis une dizaine d'années, je travaille l’estampe et ses nombreuses techniques d’impression à L’Atelier de la Main Gauche à Toulouse. Ce lieu encourage la pratique d’une gravure propre où l’emploi de produits toxiques est réduit au maximum. Je m’intéresse aussi à d'autres techniques d'impression comme le cyanotype, procédé photographique ancien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s