Jour 22 : L’herbier fantastique (le livre le + original)

#monaventlittéraire2020… c’est presque fini !

Je ne sais pas vous mais à la longue je me lasse de ce jeu. Présenter un livre par jour du 1er au 24 décembre, soit. Mais tous ces superlatifs me fatiguent. Malgré tout, je joue le jeu en vous parlant aujourd’hui d’un livre vraiment original que j’avais trouvé une année lors de la bourse aux livres du Museum de Toulouse. Il se présentait dans un coffret d’aspect vieilli, un peu abîmé, renfermant 40 ans de recherches botaniques d’un certain Irénée Cornélius.

Le livre s’ouvre sur un article du journal L’Aurore daté du 25 juillet 1914, nous apprenons la disparition d’Irénée :  » l’employé du Museum d’Histoire naturelle n’a pas reparu depuis trois semaines.  » C’est le début d’une aventure qui regroupe dans sa boite 27 fac-similés, tous aussi fantastiques les uns que les autres. On découvre des coupures de journaux, des dessins, des photos, des expériences scientifiques, des plantes carnivores…

Voici ici un lien qui devrait vous donner un aperçu de l’objet et l’envie de le trouver, bien que beaucoup de sites indiquent que , telle une espèce en voie d’extinction, il serait épuisé: https://fr.calameo.com/read/0045179726ec86ab12e01

A propos des auteurs : ils sont deux. L’écrivain, Lionel Hignard est né en 1951. « Après une première année d’études de cinéma, il se tourne vers la culture et la distillation des plantes aromatiques et médicinales. Il rejoint l’éducation à l’environnement en 1983 où il se consacre à l’étude des plantes usuelles et publie ses premiers ouvrages en 1995.  »

Dans le reste de l’article que j’ai trouvé sur lui, j’apprends qu’ il anime des ateliers d’écriture et occupe aujourd’hui le poste d’animateur formateur au sein de jardins partagés à Tournefeuille près de Toulouse. Quel heureux hasard ! Je suis membre de l’association de ces jardins partagés qui sont tout près de chez moi, je vais pouvoir me renseigner et peut-être rencontrer ce monsieur, participer à ses ateliers d’écriture, qui sait? Voilà de bien belles perspectives pour 2021 quand les animations reprendront. J’ai une amie que ça pourrait intéresser aussi !

Le deuxième, c’est Camille Renversade, un jeune illustrateur de talent. Son nom évoque un personnage de Balzac, il est diplômé de la fameuse école de dessin Emile Cohl de Lyon et il « aurait aimé faire partie de ces expéditions, composées de scientifiques, chercheurs, photographes, dessinateurs qui, jusqu’à la fin du XIXe siècle partirent à la découverte de nouvelles contrées éloignées à la recherche d’animaux ou de plantes inconnues.
Il se tourne vers les seuls êtres qui restent encore à découvrir, les animaux fantastiques, tels le yéti, les monstres marins, et autres dragons et la seule science qui leur soit consacrée : la cryptozoologie.« 

Tout cela est bien mystérieux et rajoute encore au charme inédit de ce livre inclassable…et introuvable sauf si vous avez vous aussi l’âme d’un chercheur infatigable !

Le livre dont le héros a existé

( #monaventlittéraire2020, Jour 17: j’ai presque rattrapé mon retard sur le calendrier de l’Avent!)

Dans le livre que j’ai choisi le héros est une héroïne, une héroïne du quotidien. Elle aurait 105 ans aujourd’hui. Elle a été découverte par la journaliste Clara Beaudoux.

Les deux femmes ont habité le même appartement à des époques différentes. Quand la journaliste emménage, elle fait la découverte , rangée, empaquetée dans des cartons, de la vie de Madeleine : objets, photographies, lettres.

Qui était Madeleine? A t’elle épousé le jeune homme avec lequel elle a longtemps correspondu? Ont-ils eu des enfants? Madeleine a t’elle encore quelque part de la famille à qui Clara pourrait restituer tous ces souvenirs? C’est ce qu’on découvre dans ce récit qui progresse au gré de l’enquête que mène l’auteur à partir de ces bribes de vie. Avant de paraître sous forme de livre, le récit a été égrené jour après jour en 140 signes sur Twitter #Madeleineproject. Dans le livre, on retrouve chacun des Tweets avec textes, photos de tous les indices : lettres, listes, billets de voyage, menus, lunettes, moule à gâteaux… L’ensemble constitue comme un énorme puzzle de 632 pages et un bel objet littéraire du XXIème siècle.